Parce que aimer est important

Des réponses à vos questions. 

 

 

 

 

 

 


La vie amoureuse ne fonctionne pas comme une machine. Les certitudes qu’on peut y connaître ne sont pas de ces certitudes qu’on pourrait appeler scientifiques. Elles ne sont pas fondées sur des expérimentations renouvelées qui permettraient d’induire avec une logique imparable une conclusion sans erreur.

Dans la vie amoureuse, comme dans la vie humaine en général, on est toujours dans le domaine du probable. Il faut se faire une opinion personnelle sans pouvoir recourir à des règles absolues, sans s’appuyer sur des critères inamovibles. Là est la difficulté. A un moment il faut choisir, sans connaître l’avenir. Mais il ne faut pas choisir imprudemment.

Voilà pourquoi on se demande toujours, dans la relation amoureuse : suis-je sûr de moi ? Suis-je sûr de l’autre ?

Et quand on est adolescent, la question est encore plus cruciale. On se demande de façon encore plus lourde d’angoisse : comment savoir si cette personne pour laquelle j’ai du sentiment est celle avec laquelle je dois fonder une famille ?

Est-ce lui ? Est-ce elle ? Question sans doute éternelle, mais qui ne manque pas de troubler celui et celle à qui elle se pose, au moment où elle se pose.

 

Aussi voulons-nous donner quelques indications pour aider ceux et celles, parmi les plus jeunes, qui se trouvent confrontés à cette question.

 

Notre point de vue est celui de Chrétiens. Ce qui implique que nous avons la conviction que Dieu n’est pas étranger à notre vie, qu’il s’intéresse à ce que nous vivons et qu’il intervient tout en ménageant notre liberté.

1-        Dieu veille sur nous. Il sait ce dont nous avons besoin et il nous le donne en temps voulu. S’il a inscrit dans notre cœur le désir de fonder une famille, il nous donnera les moyens de le réaliser. C’est ce qu’on appelle une vocation. Il y a une vocation au mariage, comme il y a une vocation à la consécration religieuse. L’une et l’autre viennent de Dieu.

Celui qui a cette certitude bien inscrite au fond de son cœur avancera plus calmement dans la vie que celui qui est persuadé qu’il doit tout faire tout seul, ou au contraire que tout dépend du hasard et de la chance.

Cela pour dire, que l’adolescent qui s’angoisse en se demandant s’il trouvera l’âme sœur devrait commencer par apprendre à s’en remettre à Dieu, à lui faire confiance. Il devrait lui demander cette vertu dont la jeunesse est souvent dépourvue : la patience. Il faut savoir attendre. Celui qui se précipite, celui qui est toujours pressé, a au moins une certitude : celle de se tromper toujours !

Donc ne vous affolez pas. Chaque chose en son temps. Savoir attendre. Faire confiance.

 

2-        La question est différente lorsqu’on a rencontré quelqu’un pour qui on a éprouve un sentiment qui pourrait bien être de l’amour.

Que faire ?

Là encore tout dépend du but que l’on poursuit. Dans une rencontre il peut s’agir d’une foule de choses très différentes, de l’amitié au mariage, de la sympathie à la communion, de l’aventure passagère à la fondation durable.

La première attitude consiste donc à faire le point avec soi-même. Se demander ce qu’on cherche vraiment. Cela demande du courage, de la lucidité et de l’honnêteté. Il est rare qu’on arrive à faire seul ce discernement. Il convient de se faire aider. Il est bon et précieux d’avoir quelqu’un avec qui on soit en confiance et qui puisse aider à y voir clair dans son comportement. Il est bien normal de n’être pas au clair avec soi-même. Il n’y a aucune honte à se faire aider. Surtout au début de la vie, quand on est à la croisée des chemins, rien ne remplace l’aide d’un conseiller judicieux et respectueux qui vous aidera à ne pas vous tromper de route. Il y a tant d’impasses, tant de mirages, tant de pub mensongère au bord des routes, …

 

3-        Dans le cas où la question qui se pose est vraiment de se demander si celui ou celle qu’on vient de rencontrer serait celui ou celle que le Seigneur a mis sur notre route pour fonder une famille, il faut passer à la vitesse supérieure. La question est grave. C’est toute sa vie qui est en jeu. On voit suffisamment de gens souffrir autour de soi, pour s’être embarqués trop vite dans une relation amoureuse sans issue pour ne pas être plus que prudent.

 

Car rien n’est plus difficile,

primo de savoir si on est vraiment amoureux,

secundo si l’autre est vraiment amoureux !

 

Dans ce domaine, il faut par-dessus tout se méfier de son égoïsme. Ce danger est avivé par le contexte dans lequel nous vivons. La société de consommation qui nous pousse à satisfaire au plus vite nos envies et qui nous en donne les moyens est un piège redoutable dans le domaine amoureux. Car s’il est agréable et sans conséquence de satisfaire sa soif en prenant une bière quand il fait chaud, il est redoutable de gâcher sa vie parce qu’on a voulu satisfaire sans attendre ce qui se révèle à la longue n’être qu’une pulsion. Il faut se méfier de soi. L’égoïsme est installé au fond de notre cœur. Nous nous aimons nous-mêmes de façon désordonnée. Et c’est l’autre qui va en faire les frais.

D’ailleurs pour comprendre il suffit de se mettre dans la situation inverse. Je rencontre quelqu’un qui me dit qu’il m’aime. Je le crois. Je m’engage. Je me donne. Mais rapidement je m’aperçois qu’en fait je suis utilisé, que je ne suis pas vraiment aimé (aimée) pour moi-même, mais que je côtoie un égoïste qui ne pense qu’à lui. La déception est immense. La blessure profonde. On n’aime pas être traité (traitée) comme une chose !

Il ne faut donc pas, en retour, traiter les gens comme des choses qu’on utilise pour se faire plaisir, mais qu’on aime pas pour eux. Comme dit Jésus : faites aux autres ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous. Or moi, ce que j’attends qu’on fasse pour moi, c’est qu’on ait de la considération pour moi, que j’existe aux yeux de l’autre et qu’il m’aime pour moi-même (et non pour mon corps ou pour ma fortune ou pour mon prestige).

Rien n’est plus exigeant que d’y voir clair dans ce domaine. Il faut pouvoir répondre en toute honnêteté : est-ce que c’est vraiment l’autre que j’aime ? Ou est-ce moi que j’aime sur le dos de l’autre !

 

4-        Cela dit, [mais je le redis il ne faut pas sauter cette étape sous peine de sombrer, à terme, dans le malheur] il y a tout de même des critères qui permettent de forger son opinion.

C’est ce que j’appellerai les critères objectifs.

On ne dit pas à tout le monde : marions-nous ! On ne fonde pas une famille avec tout le monde ! C’est une chose rare, exceptionnelle, unique. On ne s’embarque pas à la légère. Il y a quelques points de repères inévitables. Des carrefours à ne pas manquer, des questions à se poser, des domaines à inventorier.

Certes, il y a le sentiment amoureux. Il est très important. Il serait bien imprudent de s’engager avec quelqu’un qui vous dégoûte ou que vous détestez. Cela va de soi ! Et ce sentiment amoureux n’est pas objectif. C’est là tout son charme !

Mais il y a aussi des critères parfaitement objectifs.

Aujourd’hui nous n’en signalerons que trois, mais non des moindres.

Le premier est celui de la langue que l’on parle. Parle-t-on la même langue ? Car si dès le départ, on ne parle pas la même langue, il est probable que rapidement on ne s’entendra pas. Evidemment il ne s’agit pas seulement de la langue usuelle, mais de tout ce qui relève de la communication. La vie conjugale est essentiellement fondée sur un échange de paroles : depuis la parole qu’on se donne au début et qui engage, jusqu’à cette parole quotidienne qui est le tissu de la vie ordinaire, en passant par cette déclaration d’amour qu’il faut sans cesse reprendre. Il y aurait beaucoup à dire dans ce domaine qui est primordial. Mais ici on dira seulement que le premier critère pour savoir si c’est lui ou si c’est elle, est de se demander, au sens le plus matériel de l’expression : est-ce qu’on s’entend ?

 

Le deuxième critère qu’il faudrait examiner dès le départ et avant d’aller plus loin dans la relation, est de se demander si on communie au même esprit ? Il s’agit là du vaste domaine de la spiritualité. Ce qu’on appelle couramment la religion. Dans le cas d’un chrétien, son appartenance au Christ n’est pas une chose superficielle. C’est viscéral, chez lui. Il a revêtu le Christ, comme dit saint Paul ou alors, il n’est que superficiellement chrétien.

Mais celui pour qui la parole de Jésus est source de vie, celui qui ne concevrait pas de vivre sans communier au corps et au sang du Christ, celui qui ne conçoit pas sa vie en dehors de l’Eglise et de sa liturgie, celui-là serait bien imprudent de s'engager avec quelqu’un qui serait hostile ou même tout simplement étranger à cette foi.

La vie chrétienne est un tout. On ne peut la cantonner à une partie de sa vie. Elle ressemble justement à l’amour dans un couple : on ne saurait le cantonner à certains moment de la journée, ni à certains secteurs de l’existence. C’est tout un !

Le deuxième critère objectif, qui permet de voir si c’est lui, si c’est elle, consiste donc à bien peser ce qu’on fait en s’engageant avec quelqu’un avec qui on n’est pas en communion dans un domaine aussi vital.

Cela n’est pas pour dire, que c’est impossible. Mais il ne faut pas négliger ce domaine, il ne faut pas le traiter à la légère. Il est capital. Et il faut l’envisager en pensant à l’avenir, en pensant aux enfants, aux choix qu’il y aura à faire pour eux et au sacrifice que cela représentera pour l’un ou pour l’autre conjoint de voir ses enfants se séparer de lui dans un domaine aussi sensible.

Il serait naïf de penser qu’il n’y a pas de différences entre un chrétien, un musulman, un hindouiste, un shintoïste, etc.… Ce ne sont pas seulement des divergences de détails, ce sont des univers différents avec tout ce que cela implique de comportements masculins et féminins, de réflexes psychologiques, de coutumes familiales, etc. …

 

Le troisième critère objectif concerne les familles d’origines. Voilà encore un vaste domaine, aux multiples facettes et qu’il ne faut ni négliger, ni traiter à la légère. Il y a bien sûr, les milieux sociaux. Ce n’est pas un empêchement, mais une question qu’il faut envisager. S’il s’avérait qu’une incompatibilité absolue se manifestait dans ce domaine, il faudrait une solide détermination pour les deux amoureux pour donner suite. Roméo et Juliette, c’est bien beau. Mais l’histoire ne dit pas ce qu’ils sont devenus dix ou vingt ans après. Il faut donc bien réfléchir.

Mais la vraie question concernant les familles est ailleurs. La Bible dit, dans sa grande sagesse que l’homme quitte son père et sa mère pour s’unir à sa femme. Là est la question. Chacun est-il bien décidé à quitter ses parents ? Aujourd’hui, et malgré la mise en question de la famille dans les médias, il y a un comportement répandu qui consiste à faire de la famille une citadelle protectrice. Dans ce cas, il est parfois, pour ne pas dire souvent, difficile de s’en arracher. Pour savoir si c’est lui ou si c’est elle avec qui je dois bâtir ma vie, il suffira donc de bien mesurer si le garçon (ou la fille) accepte de rompre les attaches familiales pour fonder une nouvelle famille, ou au contraire si ces attaches sont si fortes qu’il (ou elle) ne saurait se résoudre à quitter père et mère. La question n’est pas futile. Elle est primordiale.

 

Il y a encore d’autres aspects objectifs qui permettront dans ce domaine de savoir si c’est lui, si c’est elle. Chacun les découvrira, selon les situations. Nous pourrons aussi en parler dans une autre intervention.

 

En conclusion, je dirai que pour savoir si c’est lui, ou si c’est elle, je ne saurais trop recommander de ne pas rester seul (ou seule) face à cette difficile question de discernement. Il est indispensable d’avoir un adulte expérimenté et bienveillant (prêtre, couple ou autre) qui puisse vous aider, au début de votre relation, à y voir clair.

Avant de partir pour une si grande aventure, il est toujours précieux d’avoir quelqu’un qui vous aide à voir clair dans vos capacités à aller jusqu’au bout et qui porte un regard critique sur votre préparation.

Et Dieu veille !

 

 

Mais n’hésitez pas à réagir à ces réflexions, à apporter votre expérience, dire vos réactions, poser vos questions, mêler votre propre contribution.

 


 

Découvrez nos autres sites

Celibat.org

Quel projet d’amour pour moi ?

Vivre.org

Servir la vie passionnément !

Mariage.org

Un projet de vie qui se construit à deux pour la vie !

Familles.org

À l’école de l’amour ! Joie, force et fragilité !

Sexualite.org

Un corps pour s’aimer et aimer !

Vocatio.org

L’audace d’une réponse !

PlayPause
Des amis sont ensemble depuis quelques temps, mais lorsqu'ils ont annoncé leurs fiançailles, les parents...
Bon plan ! Parcours Alpha Duo : une vie à deux, ça se prépare ! Des soirées en tête à tête pour réfléchir...
J'ai rencontré un jeune homme sur un site de rencontre catholique gratuit. Nous avons échangés...
J'ai fait la connaissance de deux filles il y a un certain temps. Elles sont toutes les deux amoureuses...
En apparence anodin, le rôle des témoins de mariage peut cependant être essentiel…...
Question : Bonjour, je m’appelle Jean ; ma sexualité me laisse insatisfait !   La sexualité est un...
La masturbation en couple est-elle un péché ? Mon copain et moi ne sommes pas mariés et souhaiter...
Contrairement à une idée répandue, l’Église n’hésite pas à aborder la sexualité, dont elle défend...
Pour beaucoup de non-croyants et même de croyants, il est incompréhensible que l’Église se prononce...
Mgr Michel Aupetit, ancien médecin, actuel vicaire général à Paris, est l'auteur de Contraception : la...
Mon ami et moi sommes étudiants, et lorsqu'il vient me retrouver dans ma chambre pour discuter, nos gestes...
Mon fiancé m'a demandé de lui donner un peu de temps pour réfléchir car il se demande s'il ne veut...
Un catholique peut-il épouser un non-baptisé ? Un non-chrétien ? Quelqu’un appartenant à une autre...
La grâce du sacrement de mariage ne se limite pas au jour de la cérémonie. Elle se déploie tout au...
Deuxième partie. Sauvés par le Christ, les époux sont appelés à grandir dans l’amour, malgré leurs...
La théologie du corps a été développée par saint Jean-Paul II pour les couples et les familles. Elle...
Un mariage à l’église n’est pas une gentille bénédiction, mais une participation à l’amour de celui...
J'ai rencontré un jeune homme sur un site de rencontre catholique gratuit. Nous avons échangés...
J'aime une amie que je connais depuis plusieurs années, à tel point que j'envisageais de la demander...
La génération Y (jeunes nés entre 1980 et 2000 environ) est paradoxale. C’est une génération éminemment...
Les personnes divorcées remariées se sentent souvent rejetées par l’Eglise. Comment leur manifester...
Arrow
Arrow
Slider