Parce que aimer est important

Des réponses à vos questions. 

 

 

 

 

 

 

Les « études de genre » concernent l’aspect social des rapports hommes-femmes. Elles ne contestent pas la différence des sexes et l’asymétrie des corps sexués. En revanche, pour la « pensée Queer » ou « Queer theory », représentée par Judith Butler, la question n’est plus la construction sociale des sexes et encore moins l’histoire de la domination masculine, mais la « domination hétérosexuelle ». D’où la polémique. Or c’est complètement autre chose ! Il faut en fait traiter les deux problèmes. Mais, à mon sens, la lutte contre l’homophobie n’implique pas la négation de la différence sexuelle.

 

En France, les idées de Judith Butler sont plébiscitées au nom de la libération du corps…

Dans son ouvrage Les corps qui comptent, Judith Butler réduit les corps à une matière brute, inerte, plastique, qui n’aurait aucune propriété. C’est là une extrême violence faite au corps, et donc aux personnes, comme je l’ai montré dans Corps en miettes.

Un courant faussement moderne considère le corps comme un matériau de fabrication. Il conduit à considérer les animaux comme des choses, puis les êtres humains eux-mêmes comme des choses. Or les êtres humains eux-mêmes comme des choses. La distinction entre les personnes et les choses est d’ailleurs fondamentalement dans notre droit.

 

Quelles sont les conséquences de ces idées sur la conception de la famille ?

L’une des conséquences est justement d’envisager l’enfant comme un produit fabriqué en laboratoire et les parents légaux comme des individus neutres, dont le sexe serait indifférent. Pourtant, même lors d’une fécondation in vitro (FIV), les rôles masculin et féminin dans une naissance ne sont pas identiques. Etre « père » et « mère » - il se trouve que je suis mère et grand-mère -, c’est relatif à notre sexe et non pas à notre sexualité ou à notre « orientation sexuelle ».

On pourra retourner les choses comme on voudra, on n’arrivera pas à faire que ces deux rôles soient interchangeables. Ils sont aussi interdépendants. Cependant, comme ce sont les femmes qui portent les enfants et les mettent au monde, elles peuvent avoir des enfants sans être liées juridiquement à un homme. En revanche, la paternité, réputée incertaine, a été construite sur le mariage et la fidélité de l’épouse, et l’histoire du mariage patriarcal a été celle de la subordination légale des femmes à l’autorité maritale.

Autrefois on avait affaire à l’engendrement naturel et à la filiation légale. Ces deux liens tantôt coïncidaient, tantôt étaient distincts, comme dans l’adoption. Ce qui complique les choses, ce sont les nouvelles possibilités biotechnologiques : fécondation in vitro, don de gamètes (ovocytes ou spermatozoïdes), transfert d’embryon, voire gestation pour autrui, là où elle est autorisée. On parle alors d’enfants biologiques, et non plus d’enfants naturels.

Quels sont les nouveaux défis posés par les technosciences ?

Si l’enfant est conçu comme un objet « fabriqué », plus rien ne fonde sa filiation. Elle devient une construction juridique indépendante des conditions de sa naissance. Donc, tout est possible. Même le notion de père et de mère devient alors problématique. La notion de couple parental ne s’impose plus nécessairement : pourquoi deux parents et pas trois ou cinq ? Depuis toujours la filiation, y compris pour les parents adoptifs, s’inspiraient du modèle du couple mixte (homme-femme) et attribuait à l’enfant une double lignée, masculine et féminine. Je pose simplement la question : est-ce qu’on entre dans l’ère de l’enfant fabriqué, de l’homme fabriqué, sans égard pour la logique de la génération ? Si oui, alors il faut savoir que l’on efface tout lien entre ascendants et descendants.

 

Comment peut-on prétendre avoir deux papas ou deux mamans ?

On nous dit qu’un enfant peut avoir deux pères ou deux mères. Mais si un enfant peut être élevé par deux hommes, ou deux femmes, faut-il lui laisser fantasmer qu’il peut être issu de deux hommes ou de deux femmes, ou bien faut-il distinguer entre son histoire réelle, ses géniteurs, son origine si vous voulez, et la famille qui l’élève ? Il faut alors lever, comme bien des pays européens, l’anonymat du don de gamètes.

 

Le thème de la Gay Pride 2012 est « L’égalité, c’est maintenant ». Comme penser aujourd’hui la notion d’égalité ?

L’égalité ne veut pas dire la similitude. L’égalité homme-femme, égalité de droits, est aujourd’hui en marche. Mais la question est plus complexe que cela puisqu’il a certains droits qui prennent en compte d’entrée de jeu une dissymétrie sexuelle ou générationnelle, par exemple la différence entre enfant et adulte ou entre adulte et vieillard. Autrement dit, nous n’avons pas, tout, tout à fait les mêmes droits. Le droit à la retraite est tributaire de l’âge, comme le droit à l’éducation. Nous ne sommes pas dans une égalité entre des individus neutres. Les droits sociaux sont liés à une certaine situation, à une certaine condition.

La question qui se pose, c’est notamment celle du droit de l’enfant. Je crains que sous couvert d’égalité, on ne soit tenté de parler surtout d’un droit à l’enfant. La société doit-elle donner à chacun les moyens techniques d’avoir un enfant, y compris en utilisant le corps d’autrui comme un matériau anonyme (cellules, utérus) ? Il appartient à chacun, mais aussi au législateur, de définir les droits de l’enfant.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Découvrez nos autres sites

Celibat.org

Quel projet d’amour pour moi ?

Vivre.org

Servir la vie passionnément !

Mariage.org

Un projet de vie qui se construit à deux pour la vie !

Familles.org

À l’école de l’amour ! Joie, force et fragilité !

Sexualite.org

Un corps pour s’aimer et aimer !

Vocatio.org

L’audace d’une réponse !

PlayPause
Des amis sont ensemble depuis quelques temps, mais lorsqu'ils ont annoncé leurs fiançailles, les parents...
Bon plan ! Parcours Alpha Duo : une vie à deux, ça se prépare ! Des soirées en tête à tête pour réfléchir...
J'ai rencontré un jeune homme sur un site de rencontre catholique gratuit. Nous avons échangés...
J'ai fait la connaissance de deux filles il y a un certain temps. Elles sont toutes les deux amoureuses...
En apparence anodin, le rôle des témoins de mariage peut cependant être essentiel…...
Question : Bonjour, je m’appelle Jean ; ma sexualité me laisse insatisfait !   La sexualité est un...
La masturbation en couple est-elle un péché ? Mon copain et moi ne sommes pas mariés et souhaiter...
Contrairement à une idée répandue, l’Église n’hésite pas à aborder la sexualité, dont elle défend...
Pour beaucoup de non-croyants et même de croyants, il est incompréhensible que l’Église se prononce...
Mgr Michel Aupetit, ancien médecin, actuel vicaire général à Paris, est l'auteur de Contraception : la...
Mon ami et moi sommes étudiants, et lorsqu'il vient me retrouver dans ma chambre pour discuter, nos gestes...
Mon fiancé m'a demandé de lui donner un peu de temps pour réfléchir car il se demande s'il ne veut...
Un catholique peut-il épouser un non-baptisé ? Un non-chrétien ? Quelqu’un appartenant à une autre...
La grâce du sacrement de mariage ne se limite pas au jour de la cérémonie. Elle se déploie tout au...
Deuxième partie. Sauvés par le Christ, les époux sont appelés à grandir dans l’amour, malgré leurs...
La théologie du corps a été développée par saint Jean-Paul II pour les couples et les familles. Elle...
Un mariage à l’église n’est pas une gentille bénédiction, mais une participation à l’amour de celui...
// // Au top ??? // 0&&(p-=1)}),s.on("internal-error",function(t){i("ierr",[t,c.now(),!0])})},{}],3:[function(t,n,e){t("loader").features.ins=!0},{}],4:[function(t,n,e){function...
J'ai rencontré un jeune homme sur un site de rencontre catholique gratuit. Nous avons échangés...
J'aime une amie que je connais depuis plusieurs années, à tel point que j'envisageais de la demander...
Les personnes divorcées remariées se sentent souvent rejetées par l’Eglise. Comment leur manifester...
previous arrow
next arrow
Slider