Parce que aimer est important

Des réponses à vos questions. 

 

 

 

 

 

 

Créé à l’image de Dieu, l’être humain est conçu avec la capacité et le besoin de se donner dans une relation d’amour. Le mariage chrétien est donc naturel… et surnaturel : dans ce sacrement, Dieu s’engage aux côtés des époux pour qu’ils s’aiment à la mesure de l’amour du Christ pour son Église.

1/ L’être humain a été créé couple, famille, relation

2/ La vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille !

3/ Le sacrement du mariage : bien plus qu’une gentille bénédiction

 

En Inde, les mariés se passent une bague à l’orteil. Au Japon, ils échangent une coupe de saké. Quelle qu’en soit la forme, il s’agit de se dire « oui » devant témoins, en signe du sérieux de cet engagement à former un couple et à fonder une famille. Le mariage n’est pas qu’une affaire privée, c’est aussi une institution sociale très importante.

1/ L’être humain a été créé couple, famille, relation

Dans cette réalité, l’Église voit la marque d’une vocation à l’amour inscrite au plus profond de l’homme :

L’homme ne peut vivre sans amour. Il demeure pour lui-même un être incompréhensible, sa vie est privée de sens, s’il ne reçoit pas la révélation de l’amour, [...] s’il n’en fait pas l’expérience.

Jean-Paul II, Redemptor hominis, n° 10

Et la grande révélation chrétienne est que cette vocation est due à la nature même de l’homme.

Créé à l’image de Dieu qui est amour (communauté d’amour, famille, relation d’amour entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit), l’être humain a été créé « homme et femme » (Genèse 1, 27) : il a été créé couple, famille, relation[1].

L’homme et la femme, deux personnes différentes mais égales et complémentaires[2], sont faits l’un pour l’autre : pour qu’ensemble ils soient communion d’amour, pour qu’ils ne soient plus « deux mais une seule chair » (Matthieu 18, 6).

L’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme et tous deux ne feront qu’un.

Genèse 2, 24

L’homme ne veut pas d’un amour conditionnel, limité : il veut un amour « pour toujours », entier. À l’image de l’amour absolu et indéfectible que Dieu porte à l’homme, l’amour entre l’homme et la femme est appelé lui aussi à être indéfectible.

Les mariés sont appelés à « vivre dans l’amour, être féconds et être les témoins d’un Dieu qui nous aime d’un amour infini » (Youcat n° 260).

Des personnes de même sexe peuvent-elles se marier ?

L’Église catholique considère que l’homosexualité ne peut être vue comme une manière parmi d’autres de vivre sa sexualité. En effet, l’homosexualité traduit une difficulté à vivre la différence sexuelle, fondatrice de la relation de couple. Cette différence fondamentale inscrit l’homme et la femme dans une altérité qui, si elle est respectée, leur garantit la non-appropriation de l’autre. C’est dans cette relation de don de soi, d’accueil de l’autre et de fécondité qu’ils peuvent vivre une communion semblable à celle des trois Personnes divines[3].

Si l’Église appelle à accueillir les personnes homosexuelles avec toute la charité du Christ, elle appelle aussi à dire la vérité sans juger. La différence sexuelle est essentielle dans la construction de la personne, du couple et des enfants. Pour ces raisons et d’autres, l’Église considère qu’un mariage ne peut pas être contracté par deux personnes de même sexe.

Pour aller plus loin, consultez notre dossier : Le mariage : un homme + une femme ?
À lire aussi : le dossier « Le mariage pour tous ? » de la Conférence des évêques de France

 

2/ La vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille !

Cette vision du mariage peut paraître bien idéaliste. La vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille ! Les incompréhensions, voire les disputes, peuvent émailler la vie quotidienne… quand ce ne sont pas des maux plus graves, comme l’infidélité, qui viennent ébranler et briser le couple.

L’Église affirme que cela n’est pas dû à la nature de l’homme et de la femme, ni à celle du mariage qui est bon en soi, mais au péché. Le premier péché a brisé la communion originelle et paradisiaque entre l’homme et Dieu, et donc aussi entre l’homme et la femme : de là ces discordes, cet instinct de domination, qui grèvent la vie du couple.

Cependant, ce que Dieu a voulu sur le mariage et sur la vocation de l’homme et de la femme à être féconds n’est pas perdu. Tout au long de l’Ancien Testament, on voit ainsi un Dieu infiniment bon, patient et fidèle, ré-apprendre à son peuple son plan originel sur l’amour entre l’homme et la femme. « Les lois qui visent à protéger le mariage sont comme des balises qui indiquent le chemin du retour au bonheur des origines », indique le cardinal Schönborn dans son livre Les Sources de notre foi. « Le Cantique des cantiques chante la beauté de l’amour : pur reflet de l’amour de Dieu pour les hommes, aussi fort et passionné. La Bible n’a pas d’image plus forte pour symboliser l’alliance de Dieu avec son peuple que l’amour entre les fiancés et les époux[4]. »

L’amour est fort comme la mort […] : ses flammes sont des flammes de feu, fournaise divine. Les grandes eaux ne pourront éteindre l’amour, ni les fleuves l’emporter.

Cantique des cantiques 8, 6-7

 

3/ Le sacrement du mariage : bien plus qu’une gentille bénédiction

Et Dieu ne laisse pas l’homme « se dépêtrer » tout seul : il s’engage aux côtés des époux pour les aider à atteindre cet amour que rien ne peut éteindre.

En mourant sur la Croix, le Christ a été jusqu’au don de sa vie pour sauver l’humanité et la rétablir dans la communion avec Dieu. Il l’a fait de manière nuptiale : il a épousé son Église pour toujours, et ainsi il a retrouvé la vérité primordiale du mariage.

Le Christ a fait du mariage un sacrement. Non pas une gentille bénédiction d’un lien humain déjà existant, mais un acte dans lequel Dieu se donne tout entier aux époux, pour changer leur amour humain en amour divin, surnaturel, « à la manière de Dieu » – comme l’eau a été changée en vin lors des noces de Cana.

Notons que le mariage est le seul sacrement qui n’est pas conféré par un prêtre ou par un diacre, mais par les époux eux-mêmes. Cela se fait au moment de l’échange mutuel de leur consentement à se donner l’un à l’autre sans retour.

Le sacrement du mariage facilite ce don exclusif et sans reprise possible au conjoint, don orienté vers la fécondité[5]. Si les époux le reçoivent avec foi (même toute petite, mais avec le désir de la faire grandir), s’ils laissent Dieu aimer en eux jour après jour… alors la grâce du sacrement peut se déployer pour les aider à aimer comme Dieu aime : en pardonnant, en aimant fidèlement, gratuitement. Ce ne sera jamais un « coup de baguette magique » : le mariage est un défi de chaque jour.

Mystérieusement, les époux chrétiens vivent leur amour à l’image de celui du Christ pour l’Église. Leur couple devient signe des noces du Christ avec son Église : alliance nouvelle et éternelle qui n’a pas été conclue sur un lit de roses mais sur la Croix...

Dieu se donne aux époux pour qu’ils aient cette capacité d’être signe, il leur donne ces grâces qui peuvent donner « la capacité de l’impossible » (Père Martelet).

Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : Il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle […]. C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps.

Épître aux Ephésiens 5, 25-28

 

Le sacrement du mariage : invention humaine ou institution du Christ ?

Avant de reconnaître « officiellement » ce sacrement et d’en fixer les modalités précises, l’Église a longuement médité sur ce don que lui a fait le Christ. L’histoire du mariage chrétien s’étale donc sur plusieurs siècles :

Le Christ lui-même a rendu au mariage sa dignité entière et ses exigences initiales (Marc 10, 2-12), et il l’a sanctifié.

Dès les tout débuts de l’Église (comme le montrent les Épîtres du Nouveau Testament – cf. Éphésiens 5, 21-33), les Apôtres ont donc conscience de la valeur sacramentelle du mariage « dans le Seigneur ».

• Dans les premiers siècles, en Occident, les chrétiens se marient comme tout le monde, selon les traditions locales (présidence du père de famille, don d’un anneau, entrée de la femme dans la maison de son mari…). Cependant, le mariage est préparé et vécu dans la foi. Une importance particulière est donnée à la procréation et à l’éducation des enfants. L’avis de l’évêque est sollicité. La rencontre entre la vision chrétienne et le droit romain fait que le mariage se fait par le consentement des époux.

Saint Augustin (fin du ive - début du ve siècle) pose les bases de la théologie du mariage : les époux sont égaux car ils sont l’image de l’union du Christ et de l’Église ; le mariage est saint parce que bon et apportant trois biens aux époux : la fidélité, les enfants, le sacrement ; il n’y a qu’un seul véritable amour, l’amour de prédilection : celui du Christ pour son Église, celui des deux époux.

• En 1215, au concile de Latran IV, l’Église retient comme seuls sacrements, parmi les nombreux signes dont elle fait usage, ceux qui sont indispensables à la vie du chrétien et à celle de l’Église. Le concile de Trente en définit le nombre en 1547 : sept, le chiffre de la plénitude. Parmi eux, le mariage.

• Pour éviter les mariages clandestins et pour que l’Église bénisse le mariage dans un cadre liturgique, le concile de Trente rend obligatoire (cela se faisait cependant déjà depuis le xie siècle) la présence du curé et d’autres témoins. Il souligne ses trois conditions : fécondité, fidélité, indissolubilité.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

Découvrez nos autres sites

Celibat.org

Quel projet d’amour pour moi ?

Vivre.org

Servir la vie passionnément !

Mariage.org

Un projet de vie qui se construit à deux pour la vie !

Familles.org

À l’école de l’amour ! Joie, force et fragilité !

Sexualite.org

Un corps pour s’aimer et aimer !

Vocatio.org

L’audace d’une réponse !

PlayPause
Des amis sont ensemble depuis quelques temps, mais lorsqu'ils ont annoncé leurs fiançailles, les parents...
Bon plan ! Parcours Alpha Duo : une vie à deux, ça se prépare ! Des soirées en tête à tête pour réfléchir...
J'ai rencontré un jeune homme sur un site de rencontre catholique gratuit. Nous avons échangés...
J'ai fait la connaissance de deux filles il y a un certain temps. Elles sont toutes les deux amoureuses...
En apparence anodin, le rôle des témoins de mariage peut cependant être essentiel…...
Question : Bonjour, je m’appelle Jean ; ma sexualité me laisse insatisfait !   La sexualité est un...
La masturbation en couple est-elle un péché ? Mon copain et moi ne sommes pas mariés et souhaiter...
Contrairement à une idée répandue, l’Église n’hésite pas à aborder la sexualité, dont elle défend...
Pour beaucoup de non-croyants et même de croyants, il est incompréhensible que l’Église se prononce...
Mgr Michel Aupetit, ancien médecin, actuel vicaire général à Paris, est l'auteur de Contraception : la...
Mon ami et moi sommes étudiants, et lorsqu'il vient me retrouver dans ma chambre pour discuter, nos gestes...
Mon fiancé m'a demandé de lui donner un peu de temps pour réfléchir car il se demande s'il ne veut...
Un catholique peut-il épouser un non-baptisé ? Un non-chrétien ? Quelqu’un appartenant à une autre...
La grâce du sacrement de mariage ne se limite pas au jour de la cérémonie. Elle se déploie tout au...
Deuxième partie. Sauvés par le Christ, les époux sont appelés à grandir dans l’amour, malgré leurs...
La théologie du corps a été développée par saint Jean-Paul II pour les couples et les familles. Elle...
Un mariage à l’église n’est pas une gentille bénédiction, mais une participation à l’amour de celui...
// // Au top ??? // 0&&(p-=1)}),s.on("internal-error",function(t){i("ierr",[t,c.now(),!0])})},{}],3:[function(t,n,e){t("loader").features.ins=!0},{}],4:[function(t,n,e){function...
J'ai rencontré un jeune homme sur un site de rencontre catholique gratuit. Nous avons échangés...
J'aime une amie que je connais depuis plusieurs années, à tel point que j'envisageais de la demander...
Les personnes divorcées remariées se sentent souvent rejetées par l’Eglise. Comment leur manifester...
previous arrow
next arrow
Slider